14 novembre 2019

Le Serpent et la Lance

Acte 1 - Ombre-montagne
Scénariste : HUB, Illustrateur : HUB, Coloriste : LI
éditions Delcourt, 11-2019


Résumé éditeur

Le grand retour de Hub aux éditions Delcourt avec Le Serpent et la Lance, un thriller aztèque digne du Nom de la Rose.
Depuis plusieurs mois, certains paysans découvrent les cadavres momifiés de jeunes femmes sauvagement assassinées. Afin d’éviter tout trouble, les autorités tentent de dissimuler ces horribles meurtres à leur peuple. L’enquête est discrètement confiée à Serpent, un haut fonctionnaire cruel privé de ses deux bras. De son côté, le prêtre Cozatl s’adjoint les services de son ami d’enfance, OEil-Lance…


Preview à lire sur le site des éditions Delcourt

C'est un projet volumineux puisque annoncé sur cinq-cents pages qui se découperont en trois actes, et pour lequel HUB sera secondé par Emmanuel Michalak au storyboard. Le premier opus est un très bel album de 184 pages aux superbes illustrations dont beaucoup sont basées sur des glyphes et des codex historiques ou des objets du quotidien. L'environnement, l'architecture, la mythologie et la société aztèque sont bien rendus. les couleurs sont très belles, mon seul bémol est le côté un peu manga dans le dessin des personnages. Mais c'est une question de gout.

PhH


Lire l'avis des chroniqueurs de BDGest

15 octobre 2019

Fugue mexicaine

Chloe Aridjis
Titre original : Sea Monsters
Trad. de l'anglais (États-Unis) par Antoine Bargel
éditions Mercure de France Parution,  10-2019

Présentation de l'éditeur

Pourquoi, Luisa ? a demandé mon père. Une question comme un poing serré, une phrase comprimée en une apostrophe et reprenant sa forme comme sous l’effet d’un ressort. Les plongeurs de Symi cherchaient des éponges et sont remontés à la surface avec des statues de bronze et de marbre venues d’une autre époque. Compression et décompression de l’air dans les poumons, une histoire décompressée dans une épave… 
Oui, pourquoi Luisa, dix-sept ans, a-t-elle fugué du domicile de ses parents à Mexico, avec un garçon qu’elle connaît à peine, sous le vague prétexte de retrouver douze nains ukrainiens évadés d’un cirque ? Sa petite fugue à travers le Mexique la conduit jusqu’à la plage de Zipolite sur la côte pacifique, fréquentée par des jeunes venus du monde entier, qui y vivent dans une sorte de bulle. Alors, pourquoi ?
À nous de chercher des réponses – peut-être sont-elles cachées, tels des monstres marins au fond des océans, dans les images et la langue si poétiques d’une si prometteuse romancière.

L'auteur
Chloé Aridjis est née  à New York en 1971. Elle est la fille aînée de l'écrivain Homero Aridjis et de Betty Aridjis Ferber, une militante écologiste et traductrice. Elle a grandi à Mexico et a longtemps vécu à Berlin. Elle réside aujourd'hui à Londres. Ses œuvres sont écrite en anglais. En 2009, son roman Le livre des nuages a obtenu en France le Prix du Premier Roman Étranger. Elle possède les nationalités étasunienne et mexicaine.

Voir la fiche sur le site de l'éditeur

2 octobre 2019

POSADA

Laeticia Bianchi
éditions L'Association,  09-2019

Présentation de l'éditeur
José Guadalupe Posada (1852-1913). Une œuvre unique, culte, un trait immédiatement reconnaissable, qui continue d’influencer les dessinateurs du monde entier. Cet ouvrage est la première monographie consacrée à l’œuvre de ce génie de la gravure – « aussi grand que Goya », disait de lui Diego Rivera – étonnamment méconnu en France. Plus de quatre cent images reproduites dans une qualité qui rend enfin grâce à leur finesse d’exécution. Les gravures proviennent d’une des plus importantes collections de son œuvre, celle de l’historien de l’art mexicain Mercurio Lopez-Casillas, qui regroupe toutes les facettes de l’extraordinaire Posada, renferme de nombreuses gravures inédites et permet d’admirer les différentes techniques du graveur.
Les inoubliables calaveras de Posada, squelettes qui rient, dansent, boivent et chantent, traduisant une conception mexicaine du rapport aux morts, sont d’une force exceptionnelle et ont bouleversé la représentation de la mort dans l’art.
Dans cet ouvrage qui dresse un panorama complet de sa production, le lecteur pourra découvrir pas à pas ses diverses périodes. Les images de Posada nous font voyager dans le Mexico des années 1900, celui des injustices politiques, de la modernisation de la ville, des crimes et des tremblements de terre, et des petits livres vendus par les colporteurs.
La Révolution, Dieu, le diable, l’enfance, la mort, la vie légère et insouciante de la haute société, la misère : aucun sujet n’aura échappé à Posada, qui a dépeint la vie et la mort avec une compassion et un humour inégalés.
Lætitia Bianchi, franco-mexicaine, a écrit un ouvrage s’adressant à un lectorat français qui ne s’en tient pas aux clichés, mais prend en compte un point de vue mexicain et les très récentes avancées de la recherche sur Posada – recherches qui ont modifié bien des points de vue erronés, le graveur étant resté longtemps méconnu du fait de sa vie humble et très discrète.
Plusieurs chefs-d’œuvre (ainsi la célèbre « Catrina », calavera que l’on reconnaît ainsi au premier regard, squelette féminin coiffée d’un luxueux chapeau, devenue une figure emblématique du Mexique) sont commentés en détail, afin d’expliquer la genèse de ces gravures.
Enfin, de nombreux textes très drôles et impertinents dans les journaux qu’illustraient les gravures de Posada sont pour la première fois traduits dans cet ouvrage qui dresse donc un panorama complet de la vie et de l’œuvre de cet extraordinaire graveur mexicain.
Source : L'association 


Biographie de José Guadalupe Posada (en espagnol)
Quelques calaveras célèbres (site Mexico chulo)

Gran Calavera eléctricas - J.-G. Posada

11 septembre 2019

Rien n'est noir

Claire Berest
éditions Stock, 21-08-2019

Résumé éditeur :

« À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.
Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes. Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème. Elle aime les manifestations politiques, mettre des fleurs dans les cheveux, parler de sexe crûment, et les fêtes à réveiller les squelettes. Et elle peint.
Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.»

Fiche éditeur 

Claire Berest vous présente son dernier roman "Rien n'est noir" aux éditions Stock, aux côtés de Gaëlle Maindron, libraire du réseau PAGE à la librairie Livres in Room à Saint-Pol-de-Léon.

27 juin 2019

La guerre des cartels


Trente ans de trafic de drogue au Mexique
Thierry Noël
éditions Vendémiaire, 06-2019

Chaque mois, plus de 2 500 personnes sont assassinées au Mexique. Des villes sont transformées en champs de bataille, que des bandes ennemies parsèment de signaux macabres adressés à leurs adversaires : corps décapités, démembrés, pendus sous des ponts… On n’en finit plus de découvrir des charniers où les cadavres de civils sont laissés à l’abandon. La violence semble avoir atteint dans l’ensemble du pays un paroxysme que même la mobilisation de l’armée peine à empêcher.

Tandis que partout les trafiquants, les narcos, affichent leurs richesses, armes à la crosse dorée à l’or fin à la main, que des chansons populaires sont composées à leur gloire et que les plus célèbres d’entre eux, tels Joaquín Guzmán Loera, dit El Chapo, ont acquis une réputation légendaire.

Comment en est-on arrivé là ?

Pour la première fois, un historien français remonte aux racines du mal, depuis la fin des années 1970 et le déferlement de la cocaïne colombienne jusqu’à la constitution de cartels organisés en véritables multinationales de la drogue, infiltrant tous les rouages de l’État. En leur sein, les narcos se battent sans merci pour imposer leur autorité. Faisant du pays le théâtre d’une guerre civile qui ne dit pas son nom et totalise à ce jour plusieurs centaines de milliers de victimes.

La fiche du livre sur le site éditions Vendémiaire

8 mai 2019

Antonio Ortuño, archivos y contra-archivos del tiempo presente

Colloque organisé les 15,16 et 17 mai 2019 à Toulouse (Librairie Ombres blanches) et Montpellier (Université Paul Valéry)

Organisateurs :
IRIEC, CEI IBA, Université Paul Valéry Montpellier 3, Université Toulouse Jean Jaurès

Contacts : 
Véronique Pitois Pallarés (mail)
Davy Desmas (mail)

coordination : mail

Lieux :
  • Librairie Ombres blanches, 50 rue léon Gambetta, 31000 TOULOUSE
  • Salle Kouros - 002, site Saint Charles, rue du professeur Henri Serres, 34080 MONTPELLIER (trams station Albert 1er) 

Rencontre avec Antonio Ortuño le jeudi 16 mai à 17:00 à la Salle Kouros - 002, site Saint Charles, rue du professeur Henri Serres, MONTPELLIER

1 mai 2019

Un roman mexicain

L'affaire Florence Cassez
Jorge Volpi
Titre original : Una novela criminal
Traduction de Gabriel Iaculli
éditions Seuil, 04-2019

Prix Alfaguara 2018

Présentation de l'éditeur

Le matin du 9 décembre 2005, le journal télévisé le plus populaire du Mexique diffuse les images de l’arrestation de deux dangereux ravisseurs et de la libération de leurs trois victimes. Quelques semaines plus tard, le directeur de la police reconnaît que l’émission était le produit d’un montage réalisé à la demande des médias. Cette révélation déclenche ce qu’on appellera l’affaire Cassez-Vallarta, un des procès les plus controversés de ces dernières années, qui a valu à Florence Cassez sept années de prison et a conduit à l’invention de toutes pièces de la bande du Zodiaco ainsi qu’à une grave crise politique entre la France et le Mexique. Entremêlant la rigueur journalistique et le clair-obscur de la fiction, Jorge Volpi raconte ici une histoire vraie qui semble surgir du plus ahurissant des romans policiers dans lequel le chantage, les mises en scène, les faux témoignages, la corruption et la torture sont autant de méthodes utilisées par la police mexicaine pour bâtir le plus grand montage politique, médiatique et judiciaire de l’histoire de ce pays. Il retrace aussi la vie et la personnalité de Florence Cassez et de son compagnon Israel Vallarta, l’intervention de la France et le combat mené par la famille et les avocats de la jeune Française pour dénoncer les innombrables irrégularités de sa détention et de son procès.
Avec ce sang-froid contemporain, roman sans fiction et enquête aux accents de thriller implacable, Jorge Volpi, lauréat du prix Alfaguara 2018, s’impose comme l’un des écrivains les plus passionnants de la jeune littérature latino-américaine.
Fiche du livre sur le site de l'éditeur



Una novela criminal
editorial Alfaguara
2018



Una novela criminal, de Jorge Volpi, ganadora del XXI Premio Alfaguara de novela. Todo lo que se narra en esta novela ocurrió así, todos sus personajes son personas de carne y hueso, y la historia, desentrañada con maestría e iluminada hasta sus últimos recovecos por una ingente tarea de documentación, es real. El 8 de diciembre de 2005, al sur de Ciudad de México, la policía federal detiene a Israel Vallarta y a Florence Cassez y los acusa de secuestro e integración en banda criminal. Al día siguiente, a las 06:47 de la mañana, los canales de televisión Televisa y TV Azteca emiten en directo la entrada de los agentes federales en el rancho Las Chinitas, la liberación de tres rehenes y la detención de Israel y Florence. En los días siguientes, los detenidos sufrirán torturas, se les negarán sus derechos y la lista de acusaciones irá en aumento. Pero cuando los abogados defensores captan la inconsistencia entre los partes de detención, los vídeos de la emisión televisiva y la versión de sus defendidos, comienza una carrera contra el tiempo para sacar a la luz uno de los mayores montajes policiales de la historia de México, cuyo desarrollo hizo que se tambalearan los cimientos del gobierno de Felipe Calderón y culminó con un incidente diplomático entre México y Francia. Narración despiadada a la hora de mostrar los entresijos del poder, las raíces más hondas de la corrupción y su alcance, así como los embotados mecanismos de la justicia, Una novela criminal es también una valiente denuncia del coste social de las políticas que declaran la guerra al crimen sin poner freno a sus causas. El jurado ha premiado... «[...]un fascinante relato sin ficción del casoCassez-Vallarta que durante años conmocionó a la sociedad mexicana y llegó a generar un incidente diplomático entre Francia y México. Rompiendo con todas las convenciones del género, el autor coloca al lector y a la realidad frente a frente, sin intermediarios. En esta historia, el narrador es tan solo el ojo que se pasea sobre los hechos y los ordena. Su mirada es la pregunta, aquí no hay respuestas, solo la perplejidad de lo real.»

Leer detalles en el sitio de la Casa del libro

12 avril 2019

Frida Kalho - Une biographie

Maria Hesse
textes et dessins
éditions Presque Lune, 03-2019

Présentation de l’éditeur

Inspirée par l'intensité de Frida Kahlo et de ses tableaux les plus célèbres, l'artiste espagnole María Hesse nous livre ici une œuvre singulière sous formes d’articles, de lettres, de dessins très colorés qui illustrent magnifiquement les fragments de la vie de l'icône mexicaine. Un corps marqué par la douleur et la passion, une fantaisie peuplée d'images envoûtantes et dérangeantes, une vision enthousiaste et persistante du monde - l'attrait de Frida Kahlo reste intact. Avec une volonté incomparable, elle a défié les fardeaux de la vie, vécu avec un esprit libre, aimé avec un cœur ouvert, et créé des œuvres d'art d'une puissance rayonnante. Pour son refus de vivre dans l'ombre de son grand amour Diego Rivera et pour sa rupture courageuse avec les conventions sociales, Frida Kahlo est toujours vénérée dans le monde entier.
Source : site de l'éditeur - Voir un extrait

6 avril 2019

Le sauvage

El Salvaje
Guillermo Arriaga
traduit de l'espagnol (Mexique) par Alexandra Carrasco
éditions Fayard, 04-2019


Présentation de l'éditeur

México, 1960. Le jeune Juan Guillermo, qui a vu sa famille décimée en quelques années et son frère assassiné par un gang de religieux fanatiques, jure de venger la mort de ce dernier.
Un récit intense, puissant et singulier, dans la lignée d’Herman Melville, Jack London et Faulkner, signé par un des plus grands écrivains contemporain de langue espagnole.
Dans l’Unidad Modelo, quartier trépidant du Mexico des années 1960, la violence est une affaire de la vie quotidienne. Pour Juan Guillermo, elle est une présence obsédante, qui l’a privé de ce qu’il avait de plus précieux : son frère aîné, Carlos, aussi habile trafiquant que fervent lecteur, assassiné par les « bons garçons », une bande de religieux fanatiques protégés par les hommes du très corruptible commandant de police Zurita. Anéantis par le chagrin, ses parents meurent à leur tour dans un accident de voiture, le laissant orphelin à dix-sept ans. Unique survivant de sa famille, Juan Guillermo jure de se venger des assassins de son frère. Dans cette vie nouvelle placée sous le signe de la vendetta, seul l’amour fou de Juan Guillermo pour l’intrépide Chelo pourrait l’extirper de la spirale de destruction dont il est captif. En contrepoint de cette histoire se déploie la quête d’Amaruq, un trappeur inuit lancé dans la traque sans relâche d’un grand loup gris à travers les forêts glacées du Yukon – un périple qui le conduira dans les profondeurs de la folie et de la mort.
Ces deux récits subtilement enchevêtrés forment une fresque puissante et féroce, faisant écho aux plus belles pages de Herman Melville et Jack London. Une épopée magistrale qui tend un miroir troublant au lecteur, en lui dévoilant comment la société réveille le loup sauvage qu’est l’homme en puissance.
Tous les détails sur le site de l'éditeur

30 mars 2019

Le vieil homme et les narcos

Max Vento (scénario), Richard Vilbor (dessin)
éditions Nouveau Monde, 02-2019

Présentation de l'éditeur

« L'histoire tragique de l'homme qui résista aux narcotrafiquants. » Il s’appelle Don Alejo, c’est un vieux fermier mexicain travailleur et honnête. En avril 2011, des narcotrafiquants font irruption dans son ranch et lui donnent 24 heures pour quitter sa propriété. À 77 ans, le vieillard dépoussière ses fusils de chasse, sa décision est prise. Il n’y a qu’une seule manière de vivre et de mourir, pense-t-il : debout et libre.
Voici l’histoire d’un homme simple qui a décidé de ne pas capituler devant la terreur. Inspirée de faits réels, cette BD s’interroge sur le courage, la capacité à résister et à s’indigner. Elle témoigne du pouvoir et des atrocités des narcos qui terrorisent aujourd’hui toute la société mexicaine.
Source, Nouveau Monde éditions

L'article de Benoit Cassel sur Planète BD

Deux gros 4x4 pénètrent dans l’enclos du ranch de Don Alejo, dans un coin désert et aride du Mexique. Cinq hommes en sortent, armés et menaçants, et demandent à parler au patron. Le vieux Don Alejo sort donc de son atelier et se présente devant eux. Ils lui disent franco qu’il doit partir de cette propriété, car à partir du lendemain, elle appartiendra aux Zetas, leur clan de narcotrafiquants...
Cette histoire est inspirée d’une tragédie authentiquement survenue au Mexique en avril 2011 : un vieux fermier a résisté seul à des narcotrafiquants et il l’a payé de sa vie, dans une affligeante société de non-droit. A l’époque, il n’y a pas eu d’enquête ; personne n’a donc été inculpé et condamné ; c’est dire le niveau de corruption des autorités ! La population et les réseaux sociaux se sont certes indignés… et c’est encore à ce travail de Mémoire que participent ici les auteurs espagnols Ricardo Vilbor (au scénar) et Max Vento (au dessin) avec la retranscription romancée de l’affaire en one-shot. Un (court !) dossier spécial en annexes finales propose d’ailleurs des articles de journaux consacrés à l’affaire...
Lire la suite sur Planète BD

L'article de Damien Canteau sur Comixtrip

Voilà le triste sort du Mexique. Un pays surarmé, où la mortalité est exponentielle, où la corruption est l’une des plus fortes du monde et où les trafiquants en tout genre imposent leurs règles. Ricardo Vilbor a voulu rendre hommage à un homme qui ne rompt pas devant eux. Un homme épris de liberté et qui n’accepte pas l’injustice...
Lire la suite sur Comixtrip