1 juin 2024

Rendez-les-nous vivants !

Sur les traces des disparus d'Ayotzinapa
Anahi H. Galaviz (Dessin, Couleurs)
Marco Parra, Andalusia K. Soloff (Scénario)
éditions Presses de la Cité, 10-2023

 

Résumé

Fin 2014, le Mexique apprenait avec stupeur l'enlèvement de 43 étudiants. Ils manquent toujours à l'appel... Le 26 septembre 2014, le Mexique apprenait avec stupeur la disparition de 43 élèves instituteurs de l'École normale d'Ayotzinapa, dans l'État de Guerrero. Malgré les inlassables recherches des parents et proches des étudiants pour faire la lumière sur cette affaire, ils manquent toujours à l'appel. Rendez-les-nous vivants !
Un roman graphique engagé, qui a révélé l'ampleur de l'état de terreur et de corruption d'un Mexique aux prises avec une guerre des cartels d'une violence inouïe.
" En tant que journaliste indépendante travaillant pour des médias internationaux, j'ai consacré des dizaines de reportages, d'articles et d'entretiens à cette affaire. Mais je sentais qu'il manquait toujours un témoignage à même d'expliquer sa réalité complexe dans son ensemble. Ainsi est née cette bande dessinée dont l'ambition est de documenter le voyage émotionnel des familles de disparus qui, socialement marginalisées et exclues, se sont retrouvées du jour au lendemain les porte-parole de toute une nation. "
Andalusia K. Soloff

La fiche du livre sur le site de l'éditeur
 
Informations :
ISBN : 9782258201767
Nombre de pages : 208
Prix : 20 €


Andalusia K. Soloff est une journaliste indépendante, spécialiste de l’actualité mexicaine, qui travaille comme correspondante locale pour de nombreux médias étrangers.
Marco Parra est illustrateur et a déjà collaboré à plusieurs romans graphiques. Comme Andalusia K. Soloff, il est très investi dans la défense de la liberté de la presse dans son pays.
Anahi H. Galaviz est artiste plasticienne. 

 



18 mai 2024

Rendez-les-nous vivants !

Histoire orale des attaques contre les étudiants d'Ayotzinapa
John Gibler
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Anna Touati
Gravures de Yoel Jimenez
éditions CMDE, 04-2017

Postface inédite du Collectif Paris-Ayotzinapa et du Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Présentation de l'éditeur

La nuit du 26 septembre 2014 à Iguala, dans l’État de Guerrero au Mexique, 6 personnes ont été assassinées et 43 étudiants de l’école rurale d’Ayotzinapa ont disparu. Au Mexique, où l’État et le narcotrafic ont fusionné, où plus de 29 000 personnes sont portées disparues, cette tragédie a été celle de trop. « L’affaire » des 43 étudiants d’Ayotzinapa a réveillé la société mexicaine dans ses bases les plus profondes et a suscité un élan de solidarité internationale.
Le gouvernement s’est empressé de répandre de fausses rumeurs et de conclure l'enquête par des théories aussi fumeuses que mensongères. John Gibler, lui, s’est rendu sur les lieux quelques jours après les faits pour comprendre ce qui s’était passé. Pendant près d’un an, il s’est entretenu avec les rescapés, les témoins des attaques et les parents des disparus. Ce livre est fait de leurs voix.

Prologue de l’auteur à l’édition française

Vers 21 heures, le 26 septembre 2014, des centaines d’agents de police et un certain nombre d’hommes armés en civil ont commencé à attaquer cinq bus d’étudiants à Iguala, dans l’État de Guerrero, au Mexique. À 15 kilomètres de cette ville, sur l’autoroute, ils ont aussi attaqué un bus qui transportait une équipe de jeunes footballeurs de troisième division, des voitures et des taxis. Les attaques se sont déroulées simultanément dans différents lieux, pendant plus de huit heures. La police municipale, la police de l’état, la police fédérale et des hommes armés en civil ont tous collaboré, cette nuit-là, pour tuer 6 personnes, en blesser plus de 40 (dont une est toujours dans le coma) et ont fait disparaître 43 étudiants de l’école rurale normale Raúl Isidro Burgos d’Ayotzinapa, dans l’État de Guerrero. Les tueurs ont torturé un étudiant, lui ont arraché le visage et ont abandonné son corps sur un petit tas d’ordures à quelques rues des attaques. Plus de deux ans après, 43 familles cherchent toujours leurs fils.

Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur

John Gibler est journaliste indépendant. Il est l’auteur de quatre livres, dont Mourir au Mexique (CMDE, 2015) et Mexico Unconquered: Chronicles of Power and Revolt (City Lights), sur l’histoire récente mexicaine.

Informations :
ISBN : 979-10-90507-234
Nombre de pages : 208
Prix : 18 €
Coll. Les réveilleurs de la nuit 



11 mai 2024

Scalp

La funèbre chevauchée de John Glanton et ses compagnons de carnage
Hugues Micol, dessin et scénario
éditions Futuropolis, 01-2017

 

Présentation de l'éditeur

 

John Glanton (1819-1850) est un Texas Ranger pendant la guerre mexicaine déclenchée en 1845 par l'annexion du Texas par les États-Unis. Les États-Unis annexeront aussi les territoires mexicains de la Californie. Pour Ulysse Grant, qui participa à cette guerre, « La rébellion du Sud fut l'avatar de la guerre avec le Mexique. Nations et individus sont punis de leurs transgressions. Nous reçûmes notre châtiment sous la forme de la plus sanguinaire et coûteuse guerre des temps modernes. » Après la guerre, chassé de l'armée pour meurtre, Glanton devient soldat de fortune, un mercenaire à la tête d'un gang particulièrement violent. Il loue ses services à l'état de Chihuahua afin de chasser les Indiens Apaches qui opèrent à la frontière du Mexique mais massacre aussi des Indiens pacifiques pour se faire plus d'argent. Car Glanton est payé au scalp rapporté. Ses massacres bafouent les traités signés entre ces tribus et les États- Unis et oblige l'état de Chihuahua à les déclarer hors-la-loi. Ils partent vers la Californie où la ruée vers l'or vient de commencer et s'enfoncent de plus en plus dans la violence. Glanton - et sa bande - tombera en 1950 dans une embuscade de la tribu de Quechan qui voulait se venger de leurs exactions. En se basant sur la vie de John Glanton, Texas Ranger pendant la guerre civile mexicaine puis mercenaire à la tête d'une bande de tueurs d'Indiens payés au scalp, Hugues Micol livre un récit hallucinant de la guerre civile mexicaine du milieu de XIXe siècle. Son dessin, puissant, qui rappelle les gravures de Goya, dépeint l'implacable brutalité d'une époque, loin des clichés du Far west.

La fiche du livre sur le site BDfugue
Sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 9782754812078
Nombre de pages : 192
Prix : 28 €

4 mai 2024

Serviteur des Enfers

Aliette de Bodard
traduit de l'anglais par Laurent Philibert-Caillat
édition Mnémos, 03-2024

 

Présentation de l'éditeur

 

1480. Tenochtitlan (Mexico), capitale de l’empire aztèque. Acatl, grand prêtre des morts, s’entaille le lobe des oreilles pour fournir le « sang vif » nécessaire au service funéraire… La routine ! Pendant ce temps, une liaison interdite est sur le point de se nouer entre Eleuia, prêtresse aussi ambitieuse qu’imprudente, et Neutemoc, guerrier jaguar issu de l’élite des combattants et frère du grand prêtre ; mais lorsque Eleuia disparaît, laissant derrière elle des traînées de sang et des traces magiques, Neutemoc est évidemment suspecté.
Roman de fantasy historique passionnant, aux personnages à la fois si lointains et si proches, Serviteur des Enfers fait revivre un monde précolombien riche et complexe, où le plus haut degré de civilisation contraste avec des pratiques sacrificielles omniprésentes. Découvrez l’empire aztèque en suivant l’enquête magico-policière d’Acatl, prêtre-détective pris entre démêlés familiaux, intrigues de cour et créatures démoniaques !

 

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations
ISBN : 978-2-38267-110-8
Nombre de pages : 400
Prix : 22,50€

Serviteur des Enfers est le premier tome des Chroniques aztèques. Il a été publié en 2011 sous le titre D'obsidienne et de sang. les 2 tomes suivants ne sont pas encore traduits en français.

L'auteur
Née le à New York, Aliette de Bodard est une autrice française de science-fiction et de fantasy. Bien que le français soit sa langue maternelle, elle écrit en anglais. Elle est polytechnicienne, ingénieure dans une grande entreprise française. Elle a été nominée une quarantaine de fois aux prix littéraires anglo-saxons les plus réputés et en a obtenu quatorze. En 2015, elle est lauréate du prix British Science Fiction du meilleur roman et du prix British Science Fiction de la meilleure fiction courte.

20 avril 2024

Le serpent à plumes

David Herbert Lawrence
traduit de l'anglais par Philippe Mikriammos
éditions Robert Laffont - Pavillons poche, 04-2015


Présentation de l'éditeur

Kate, une belle Irlandaise aux chairs épanouies,désabusée, veuve de son grand amour, se rend au Mexique avec des amis américains au début des années 1920. Elle ne peut tout d'abord pas supporter le pays, mais sa rencontre avec l'érudit Don Ramon Carrasco et surtout avec le général Don Cipriano Viedma qui lui dévoilent un pays fascinant, en proie à une violence explosive mais plein de charme et de magie, la conduise à abandonner Mexico et le microcosme occidental pour les rives d'un lac hors du temps, d'où a resurgi Quetzalcoatl, le dieu-serpent, régénéré par sa longue absence... Avec Cipriano, elle découvrira aussi son exquise et insoupçonnée sensualité. C'est le début d'un voyage intérieur qui l'amènera à découvrir une nouvelle manière de vivre.
A travers le personnage de Kate, l'Irlandaise qui renonce à son pays, à sa civilisation, à ses valeurs pour se fondre dans le culte des Indiens de Quetzalcoatl, Le Serpent à plumes, le plus accompli des récits et romans mexicains de D.H. Lawrence, et sûrement son chef-d’œuvre avec L'Amant de Lady Chatterley, exprime tout à fait sa philosophie de la fusion totale, de l'unité pure, ces forces infaillibles et instinctives qui conduisent à voir « avec l'âme et le corps ».

Partition musicale au rythme effréné et palette de couleurs éclatantes, Le Serpent à plumes est, selon D. H. Lawrence, son « vrai roman de l’Amérique ». Écrit durant ses séjours au Mexique, il est une pièce essentielle de l’œuvre incomparable de l’un des plus grands écrivains britanniques du XXe siècle.

L'année de sa mort, D.H. Lawrence fut reconnu grand visionnaire du xxe siècle par des écrivains comme Henry Miller et Anaïs Nin. Ses cendres reposent aujourd'hui au Taos, près des Indiens du Nouveau-Mexique, là où il avait pensé trouver « l'accomplissement sensuel de son âme ».

Informations :
ISBN : 9782221157732
Nombre de pages : 672
Prix : 12,50€

12 avril 2024

Les jades sacrés

Les aventures de Diane Pagès
Agnès Denoix-Molina
éditions L'Harmattan, 09-2022

Présentation de l'éditeur

 

Diane Pagès ne supporte plus son travail et mène une vie de couple compliquée. Hantée par d'étranges visions, lassée par un quotidien vide de sens, elle décide de faire un break et part seule en voyage organisé au Mexique, un pays choisi au hasard. Mais s'agit-il vraiment d'un hasard ? A peine arrivée à Mexico, elle se trouve mêlée au vol d'un bijou de jade aux pouvoirs surnaturels, découvert sur la dépouille d'un ancien roi maya. Cette affaire l'entraîne dans une incroyable aventure, un périple haletant dans les plus beaux sites du pays, aux côtés d'une famille de chamanes et d'un ancien collègue aux activités énigmatiques. Des secrets lui seront révélés, mais réussira-t-elle la mission surprenante et risquée qui lui est confiée ?
Pour réaliser ce récit-fiction, l'auteure effectue un repérage minutieux au Mexique en 2020. A son retour, sa santé se dégrade, l'obligeant à écrire allongée. A l'image de sa courageuse héroïne, elle ira jusqu'au bout d'elle-même pour achever ce projet et renaître différente.

Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 978-2-38417-533-8
Nombre de pages : 278
Prix : 24 €


6 avril 2024

La mort du torero

Ed Lacy
traduit de l'anglais (Etats-Unis)
éditions du Canoë, 04-2024

Présentation de l'éditeur


Toussaint Marcus Moore accepte une mission à Mexico pour le compte de Ted Bailey et Kay Robbens. Une affaire simple vue de loin qui ne lui prendra qu’une quinzaine de jours et qui est grassement payée. Il débarque donc à Mexico pour tirer au clair la demande d’une jeune veuve qui veut la preuve que son mari a été assassiné par un toréro célèbre surnommé El Indio. L’enquête l’emmène dans les bas-fonds de Mexico et à Acapulco. Il y rencontre différents protagonistes, blancs, noirs, métisses qui lui font comprendre qu’il n’est pas le bienvenu. Le racisme n’est pas aussi exacerbé qu’aux États-Unis, mais néanmoins bien réel. Il est traité de boy et de « nègre » par un privé blanc et remis à sa place par le lieutenant Tortela qui ne supporte pas la morgue des étatsuniens. La Mort du toréro illustre donc parfaitement l’essence du véritable roman noir. Une intrigue à suspense, avec de l’action, des rebondissements mais d’où le social, l’historique et le politique ne sont jamais absents. « Une formidable mine de réflexion » comme l’écrit Roger Martin, non seulement progressiste mais carrément prémonitoire dans ses jugements sur la corrida.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 978-2-490251-74-2
Nombre de pages : 288
Prix : 18€

30 mars 2024

Los Intocables

Le visage de la résistance
Los Intocables tome 1

Lune Amar
éditions New Rules, 02-2024

 

Présentation de l'éditeur

 

Dans l’enfer torride des cartels.
Mira est une jeune femme sans histoire à Ciudad Juárez, au Mexique.
Un soir, elle se retrouve impliquée dans une affaire l’opposant au plus important cartel de la ville : Los Intocables. Leur chef, Eduardo Hernandez, réputé pour son sang-froid et sa cruauté, veut l’exécuter mais ses proches lui conseillent d’en faire une alliée aux yeux de l’opinion publique. Il va donc la retenir de force au sein du clan. Une lutte incessante se joue en Mira, tout comme celle qui est le quotidien d’Eduardo : la prison ou la mort.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur 

Informations :
EAN : 9782809848540
Nombre de pages : 496
Prix : 19,90 €

 

La guerre des cartels
Los Intocables tome 2

Lune Amar
éditions New Rules, 04-2024

 

Présentation de l'éditeur

Plongez dans l’enfer des cartels ! Où l’argent facile se paie de la vie. Mira, une jeune étudiante sans histoire, se retrouve piégée dans le plus puissant des cartels de la ville. Pour sauver sa famille, elle va devoir épouser son nouveau chef, Eduardo Hernandez. À cause de sa meilleure amie, Mira, une jeune femme sans histoire, se retrouve impliquée dans une affaire l’opposant au plus important cartel de Ciudad Juárez, Los Intocables. Le nouveau chef du clan, Eduardo Hernandez, en a fait sa femme pour étouffer le scandale et maintenir sa réputation. Prise au piège de cette cage dorée dominée par l’argent, la drogue et la violence, Mira est au centre des cartels. Son seul levier pour gagner un peu de liberté et garantir la sûreté de sa famille : créer des liens avec Ed pour gagner sa confiance. Mais, à ce jeu dangereux de la séduction, Ed et Mira pourraient bien se perdre.
Tous deux n’ont qu’un seul choix : tout faire pour la survie, rien que la survie.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
EAN : 9782809849691
Nombre de pages : 528
Prix : 19,90 €

 



23 mars 2024

Des cendres dans la bouche

Brenda Navarro
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Sarah Mustad
éditions Mémoire d'encrier, 03-2024

 

Présentation de l'éditeur

Diego saute d’un cinquième étage. L’image est gravée dans l’esprit de sa sœur : six secondes et un corps qui s’écrase contre le sol. Elle raconte leur histoire, l'enfance au Mexique avec les grands-parents en l'absence de leur mère, les années vécues dans une Espagne qu'ils ne comprenaient pas et qui ne voulait pas d'eux. Leur séparation, alors qu'elle cherchait sa propre voie... Et le retour avec les cendres de Diego dans un Mexique bien différent de celui dont elle se souvenait.
Le voyage émotionnel de la jeune femme la confronte à son propre syndrome d’Ulysse, où ni l’aller ni le retour n’ont d’aboutissement. Une histoire de séparation et d’abandon, de mort et d’initiation à la vie, où Brenda Navarro aborde des sujets insaisissables comme l’inégalité, la xénophobie et le déplacement avec beaucoup de courage, la confirmant comme l’une des romancières les plus puissantes et les plus intelligentes de la littérature hispanophone contemporaine.

 Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 978-2-89712-926-2
Nombres de page : 241
Prix : 24,95€


Diplômée de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), Brenda Navarro est sociologue et économiste féministe. Elle détient également une maîtrise en études de genre, des femmes et de la citoyenneté de l’Université de Barcelone. Des cendres dans la bouche est son deuxième roman.

 

Ceniza en la boca


Diego salta desde un quinto piso y desde entonces esa imagen no deja de taladrarle la cabeza a su hermana: seis segundos y un cuerpo estrellándose contra el suelo. Es ella quien echa la vista atrás y cuenta la historia de los dos hermanos. Su llegada al mundo en un hogar en el que la vida nunca fue justa. Los años que pasaron en México con sus abuelos, mientras su madre se buscaba la vida en España, y era ella, aún niña, quien se hacía cargo de Diego. La etapa en Madrid, una ciudad que no entendían y que tampoco los entendía a ellos. La primera separación, cuando ella se marchó a Barcelona a abrirse camino y su hermano se quedó en el lugar que más odiaba. Y el regreso de ella, cargando las cenizas de Diego, a un México muy distinto al que recordaba.

Esta novela narra el viaje emocional de una joven que intuye las razones del suicidio de su hermano adolescente y protagoniza su propio síndrome de Ulises, en el que ni la ida ni la vuelta son realmente destino. Una historia de separaciones y abandonos, de anhelo y de rabia, de pérdida e iniciación a la vida, en la que Brenda Navarro aborda con enorme valentía cuestiones esquivas como la desigualdad, la xenofobia o el desarraigo, y que la confirma como una de las narradoras más potentes y audaces de nuestra literatura. Intenso, visceral y demoledor, Ceniza en la boca es un libro que quema y plantea la dolorosa pregunta de qué vida merece la pena ser vivida.

16 mars 2024

Chemins de fer du Mexique

Gian Marco Griffi
Traduit de l'italien par Christophe Mileschi
édition Gallimard, 03-2024

Présentation de l'éditeur

 

Février 1944, à Asti, dans un Piémont occupé par les nazis. Cesco Magetti, un jeune soldat sans histoires, membre de la Garde nationale républicaine ferroviaire, se voit confier une bien curieuse mission : établir en une semaine une carte des chemins de fer du Mexique. Un ordre qui viendrait des hautes sphères du Reich, inexplicablement parvenu jusqu’à lui. Tilde, rêveuse bibliothécaire dont il tombe aussitôt amoureux, lui suggère un ouvrage qui pourrait l’aider. Mais le livre est en prêt et circule de main en main tel un insaisissable furet. Se tisse dès lors une narration tentaculaire, celle d’un roman-monde, émouvant et enjoué, où l’ironie sert toujours de rempart au désespoir.
Puisant dans les registres les plus divers, avec une richesse langagière impressionnante, Gian Marco Griffi nous emmène de l’Italie au Mexique, en passant par l’Allemagne nazie, dans un roman picaresque virevoltant et d’une folle originalité.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Information :
ISBN : 9782073032478
Nombre de pages : 672
Prix : 25 € 

9 mars 2024

Chiennes de garde

Dahlia de la Cerda
traduit de l'espagnol (Mexique) par Lise Belperron
éditions du Sous-sol, 03-2024

Présentation de l'éditeur

Une jeune héritière d’un empire narco fait construire une tombe digne d’un palace à sa meilleure amie assassinée ; une migrante tuée revient à la vie, bien résolue à se venger de ses agresseurs ; une sorcière invoque le seigneur des Ténèbres pour se débarrasser de sa voisine et de ses chiens qui défèquent dans son jardin ; une femme devient tueuse à gages pour subvenir aux besoins de sa famille…
Qu’elles soient femmes au foyer, influenceuses, trafiquantes, riches ou pauvres, les héroïnes de Chiennes de garde sont déterminées à résoudre leurs problèmes par elles-mêmes, car elles savent que, s’il y a bien une chose sur laquelle elles ne peuvent pas compter, c’est sur l’aide de Dieu.

Composé de treize histoires liées, aussi féroces que fascinantes, ce premier livre de Dahlia de la Cerda décrit sans complaisance les difficultés et les dangers dus au simple fait d’être née femme au Mexique. Écrites à la première personne, ces histoires offrent au lecteur une plongée dans les différentes réalités, sociales et politiques, de ce pays. Dotée d’un talent immense pour restituer le discours de rue et d’une bonne dose d’humour noir, Dahlia de la Cerda nous rappelle que “la vie est une chienne, c’est pour ça qu’il faut ruer dans les brancards”.

Le Mexique est un énorme monstre qui dévore les femmes.
Le Mexique est un désert fait de poudre d’os.
Le Mexique est un cimetière de croix roses.
Le Mexique est un pays qui déteste les femmes.

Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur 

Informations :
ISBN : 9782364687189
Pages : 240
Prix : 21,50€

Un véritable coup de poing qui vous laissera KO !
L'avis de Caroline V. de la librairie La Géosphère

Sicarias o universitarias, influencers o amas de casa, beatas o prostitutas: mujeres decididas a pelear antes que ser víctimas.

Las heroínas de Perras de reserva son mujeres fuertes, decididas a resolver por sí mismas sus problemas porque saben que si con algo no pueden contar es con la ayuda de Dios. Como mucho, se encomiendan al Diablo, ya que ante la perspectiva de convertirse en víctimas –usadas, explotadas o muertas– prefieren optar por la sangre ajena. Como Yuliana, la macabramente entrañable heredera al trono de un capo del narcotráfico, que no va a aceptar que sus compañeras de escuela se burlen de su look. O la adolescente que antes de dejarse arrinconar por la pobreza y el hambre se vuelve una malandrina de calle con principios, que solo desvalija a gente bien. O la bruja que recurre al Señor de las Tinieblas para que le ayude con la vecina cuyos perros hacen sus necesidades en su patio.

Sean sicarias o universitarias, influencers o amas de casa, beatas o prostitutas, las memorables protagonistas de estos relatos comparten las dificultades y los peligros derivados de haber nacido mujer, y los enfrentan con los recursos que la vida les ofrece, obligadas una y otra vez a dirimir dónde se sitúa la frontera entre el bien y el mal. Y nos cuentan sus vidas siempre en primera persona, haciéndonos parte íntima de su forma de habitar el mundo. Con un talento desbordante para reflejar el habla de la calle y no pocas dosis de humor negro, la autora mexicana Dahlia de la Cerda nos recuerda en este genial libro que «la vida es una perra, por eso hay que patearle la jaula».

 Un article de Neige Sinno de février 2024 sur l'auteure dans les Inrockuptibles (français).
“Chiennes de garde”, recueil de nouvelles de l’activiste et écrivaine mexicaine publié en 2022, est traduit en France. Installée au Mexique depuis près de vingt ans, l’autrice de “Triste Tigre”, nous dit en quoi cette voix féministe, marginale, violente, à l’humour très noir, est importante...

 

" Le Mexique est un cimetière de croix roses "
Ciudad Juarez, Mexico - Photo Liam White

 

 

2 mars 2024

La zone du silence

Homero Aridjis
Traduit de l'espagnol (Mexique) par Christilla Vasserot
Mercure de France, 01-2005

Présentation de l'éditeur

La Zone du Silence est un territoire de l'imagination où tout est possible. Un cactus qui n'a pas bougé depuis cent ans. Une pierre de l'espace dont la matrice est noire. Un œil humain qui observe des étoiles qui n'existent plus. Un œil vivant et observant sur le corps d'un renard mort. Une tête de tortue qui n'a jamais vu l'ombre sur laquelle elle avance. Un vautour en train de pourrir sur des barbelés. Une mer asséchée. L'oreille de l'infini. Le désert qui grandit jour après jour. L'ombre qui marche à côté de toi. Ton visage quand tu regardes le ciel étoilé. La Zone du Silence, c'est toi et moi quand nous nous endormons après avoir fait l'amour.

Ainsi parle le narrateur, Juan, qui, après avoir retrouvé des lettres laissées par le biologiste Nicanor Tapia et par son demi-frère Roberto Rodríguez, s'est mis à écrire la vie de Roberto dans la Zone du Silence. Cette zone est en fait un désert situé au nord du Mexique, où se dresse un observatoire. On y croise des momies, des chamanes, et surtout les célèbres jumeaux Mezcal et Tequila, gardes du corps d'un dangereux trafiquant dont la mission est de tuer Juan et sa fiancée Juana.
À la fois quête philosophique et enquête policière, c'est sur un air de western qu'Homero Aridjis construit un monument baroque à la gloire de son Mexique où se rencontrent des personnages inoubliables.

Voir sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 2715224478
Nombre de pages : 416
Prix : 25,40 €

La Zone du Silence, Zona del Silencio, est une zone désertique située au nord du Mexique au Bolsón de Mapimí, plus précisément au tripoint des États de Chihuahua, Durango et Coahuila.
Identifiée comme le siège d’activités paranormales au cours des années 1970, elle serait le cœur d'anomalies magnétiques et de phénomènes étranges qui ont donné libre cours à des croyances des plus diverses et attirés une fréquentation abondante, désordonnée et dégradante pour l’environnement. Les témoignages présentés rappellent les différentes théories véhiculées (trésor caché de l’empereur Maximilien, présence d’extraterrestres, etc.) et retracent cette période de l’histoire de la réserve (arrivées des convois américains, allées-et-venues, extractivisme lié à cette fréquentation sauvage…). Ils concluent sur la prise de conscience de la dégradation environnementale générée et la volonté de protéger le site, puis sur la mise en place de la réserve et le développement de l’écotourisme.
(voir le site sur la réserve naturelle de Mapimí au Mexique)

Un article (en espagnol) sur la zona del silencio à lire sur Mexico desconocido.


Una novela que abre la puerta a la imaginación y a la ciencia, llena de diversos misterios, muchos de ellos sin solución. 

La Zona del Silencio es una enigmática región del norte de México en medio del desierto. Ahí caen continuamente meteoritos y polvo cósmico; incluso se dice que la visitan extraterrestres y que ahí ha desaparecido gente sin dejar huella. Una de esas desapariciones, la de un científico, provoca una investigación que pone en movimiento toda clase de fuerzas, de este mundo y del otro: momias, espíritus reencarnados, luchadores, narcos, extraterrestres.

 

 

Homero Aridjis dans la zone du silence

 

24 février 2024

Terres rebelles

Le voyage zapatiste en Europe
Lisa Lugrin (dessin), Jérôme Baschet, Métie Navajo (scénario)
éditions Futuropolis, 01 - 2024

Présentation de l'éditeur

En octobre 2020, à la surprise générale, les zapatistes du Chiapas annoncent qu’ils iront à la rencontre des luttes populaires sur les cinq continents et qu’ils commenceront par l’Europe. Ainsi, le 2 mai 2021, quatre femmes, deux hommes et une personne transgenre, formant « l’Escadron 421 », ont embarqué à bord du bateau dénommé « La Montagne ». Ils ont participé à plusieurs événements en Europe, notamment des rencontres à la ZAD Notre dame des Landes, ou une manifestation à Madrid pour l’anniversaire de la conquête du Mexique par Hernan Cortés. Ils sont repartis en septembre, en laissant la place à une grande délégation de 170 zapatistes qui sillonneront l’Europe durant tout l’automne, pour participer aux rencontres et activités préparées depuis des mois par des centaines de collectifs et d’organisations, dans les nombreux pays et « géographies » où ils ont été invités : Allemagne, Autriche, Belgique, France, Grèce, Pays-Bas, Hongrie, Italie, Ukraine…
Si depuis le soulèvement du 1er janvier 1994, de nombreuses personnes se sont rendues au Chiapas pour participer aux initiatives zapatistes et en apprendre davantage sur cette singulière « utopie réelle », c’est la première fois que les zapatistes viennent à la rencontre des luttes et des expériences alternatives partout où elles se déroulent, en Europe et dans le monde.
En s’appuyant sur les textes zapatistes, Lisa Lugrin, Métie Navajo et l’historien Jérôme Baschet, spécialiste du mouvement, racontent ce voyage en Europe avec le concours de membres des collectifs qui les ont accueillis : Rocio Martinez, Julia Arnaud et Nicco Tiburcio.
À l’occasion des 30 ans du mouvement, ce récit revient aussi sur la lutte des zapatistes du Chiapas pour une autonomie et l’instauration d’un autre modèle d’organisation politique. 

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 9782754836081
Nombre de pages : 208
Prix : 25€


17 février 2024

L'Histoire très ordinaire de la générale Ascencio

Angeles Mastretta
Traduit de l'espagnol (Mexique) par Michel Mibart
Gallimard, 09-1989

 

Présentation de l'éditeur

Jeune Mexicaine de Puebla, Catalina appartient à une famille nombreuse et très modeste. Dans les années 1930, elle rencontre un général de la Révolution de 1910, quadragénaire ambitieux et séduisant. Il l'enlève plus qu'il ne l'épouse, et elle devient sa femme officielle.
Mais, bien que toujours séduite par la forte personnalité du général Andrés Ascencio, Catalina ne tarde pas à s'apercevoir, avec frayeur, des moyens dont usent les politiciens héritiers de la Révolution pour affermir leur pouvoir politique et financier : la corruption et l'assassinat.
Par ailleurs, elle accepte presque tout : les nombreux enfants que le général a d'autres femmes et que, souvent, il lui confie ; le meurtre des syndicalistes, ouvriers ou paysans, qui s'opposent à lui, ou celui de la femme qui lui résiste ; l'immense fortune qu'il amasse, et dont elle bénéficie. Jusqu'au jour où le général fait abattre le jeune musicien aux idées généreuses en qui elle a trouvé le véritable amour.
Dès lors, la jeune femme jetée aux lions dans une société close et limitée aux devoirs conjugaux et maternels, la femme gardée, retrouvera d'un coup la nature qui était la sienne autrefois et qu'une vie facile avait quelque peu étouffée. Et, dépassant en ruse et en intelligence son seigneur et maître, elle connaîtra enfin l'irremplaçable plaisir de ne vivre que pour soi et par soi... 

Informations :
ISBN : 9782070715077
Nombre de pages : 300
Prix : 21,30 €

10 février 2024

L'homme du Mexique

Sergio Toppi
Première édition chez Dargaud en 1979
éditions Mosquito, 01-2024

Présentation

En 1910, le Mexique est une immense poudrière : les causes de l'explosion révolutionnaire se sont accumulées au cours des quarante ans de dictature de Porfirio Diaz. Un jeune cinéaste américain a décidé de rencontrer et filmer le rebelle Pancho Villa et ne trouve pas mieux pour commencer qu’une attaque violente de train de la gente militaire. Pas très à l’aise aux côté du tordu Pancho Villa, il fait la connaissance de son rival : le charismatique leader Emiliano Zapata. Entre ces trois-là, se trouve un autre américain, venu pour vendre des armes, mais dont le silence cache une autre réalité...

 

Voir sur le site de l'éditeur

Informations
ISBN : 9782493343338
Nombre de pages : 58
Prix : 16.00 €

 

Du même auteur

Chapungo
2024 - éditions Mosquito
réédition

Avec l'arrivée des conquistadors, les anciens dieux meurent dans le sang...
Mais avec Toppi le récit plonge inévitablement, irrémédiablement dans le fantastique et même morts, les dieux aztèques sont toujours présents.
Tzoacotlan 1521
Les conquistadors approchent. Quematzin fait appel aux dieux pour ce qu'il sait être son dernier combat. Ils vont lui donner la puissance, amis sera-t-elle suffisante ?
San Isidro Maxtlacingo 1850
Dans un Mexique déjà christianisé, les anciens dieux se cachent parfois derrière la soutane du prêtre. Le village abandonné de San Isidro cache plus d'un mystère.
Chapungo
Le jeune Chapungo est obsédé par ce que lui contait son père : un avion s'est écrasé dans la montagne. Certains disent qu'il transportait beaucoup d'or. Mais ce n'est pas la soif de l'or qui a fait tourner la tête de Chapungo...
Voir sur le site de l'éditeur

 

Le trésor de Cibola
2004 - éditions Mosquito

En 1541, en "Nouvelle Espagne", un vieux conquistador ressasse son amertume d’avoir été de tous les combats sans jamais avoir fait fortune. Un jour, deux hommes se présentent à sa cabane de misère et lui font miroiter le plus fabuleux trésor, celui de Cibola, nom de Sept cités mythique où l’on "se sert de l’or pour paver les rues". Cuchillo se laisse tenter. Les voici donc tous trois partis vers le Nord du Mexique, affronter le soleil, la soif, le désert et les indiens pour assouvir leur fièvre d'or. Cibola, la mythique cité de l'or existe-t-elle ?

Nul géographe ne peut la situer, aucun conquistador n'en est revenu, pas même le légendaire Cuchillo, compagnon de Cortès. Mais toi, lecteur, grâce au concours de Toppi tu as cette chance inouïe, tu parviendras à Cibola !

 Il te faudra bien sûr en payer le prix et boire à la plante qui fait perdre la mémoire, le suc rouge du nopatli qui colore de sang l'encrier du magicien Toppi.
Voir sur le site de l'éditeur

 

L'auteur
Né en 1932, Sergio Toppi a fait ses débuts dans l'animation puis il a travaillé régulièrement dans la presse enfantine italienne. Dans les années 70, il sera partie prenante de l'évolution de la bande dessinée transalpine. Il se fera particulièrement remarquer chez nous par sa participation à l'Histoire de France en BD, puis à la série Un Homme une Aventure. Les éditions Mosquito proposent en 1997, avec le Dossier Kokombo puis avec Ile Pacifique, de découvrir cette remarquable production. Entre 1998 et 2000 est paru le cycle des quatre albums du Collectionneur.
En 2006, Le collectionneur reçoit le soleil d'or de la meilleure série au festival de Soliès-Ville.
En mai 2012, Sergio Toppi est primé au festival de Hangzhou. Il reçoit le Golden Monkey King Award et son œuvre sera publiée en Chine à partir de 2013.
Le 21 août 2012, Toppi décède à Milan des suites d'un cancer.

27 janvier 2024

La secte des diaboliques

Gilbert Gallerne
éditions Okno, 01-2024

 

Présentation de l'éditeur

 

Dans les années 1980, Adolfo de Jesus Constanzo, chef de la bande des «narcosataniques», est à la tête de l'une des plus terrifiantes affaires de drogue entre le Mexique et les États-Unis. Surnommé « le parrain » par ses adeptes, cet Américain d'origine cubaine est connu pour s’être livré, avec sa bande, à des sacrifices humains en offrande au diable.
Des corps atrocement mutilés sont retrouvés dans une fosse près de Matamoros, ville mexicaine à la frontière du Texas. Il s’agit de victimes de la « Secte des Diaboliques », sacrifiées lors de messes noires afin que le diable protège Constanzo et ses adeptes de toute intervention policière.
Adolfo Constanzo, qui tient ses hommes par la peur et par les promesses les plus folles, commet une erreur : il s’en prend un jour à Mark Kilroy, un Américain dont la famille va remuer ciel et terre pour le retrouver. Une enquête effarante menée des deux côtés de la frontière, qui s’achève en avril 1989 au ranch Santa Elena. Là, dans un chaudron, flottent des restes humains mêlés à des herbes magiques...

Informations :
ISBN-13 : 9782491357436
Nombre de pages : 220
Prix : 20€

Réédition d'un bouquin sorti en 1993 dans la collection Crime-story. C'est un documentaire relatant des faits qui se sont produits en 1989 pendant le springbreak. Publié par les éditions Fleuve noir dans une collection au nom racoleur, le ton est donc assez volontiers grandiloquent,  dans un style journalistique plus à la recherche du sensationnel effrayant que dans l'analyse criminologique, même si l'auteur se révèlera plus tard avec des écrits reconnus. Malgré une présentation exagérément sinistre, il n'en reste pas moins que les faits sont réels. Adolfo de Jesús Constanzo était à la tête d'une secte qui trafiquait de la drogue, versait dans un occultisme proche de santeria cubaine avec sacrifice d'animaux, avant d'y ajouter des enlèvements d'êtres humains et assassinats rituels. Quand un citoyen américain, Mark J. Kilroy, âgé de 21 ans, disparait à Matamoros en 1989 lors des vacances universitaires américaines de printemps, la police mexicaine va s'activer un peu plus, sous la pression de la police étasunienne et de la famille. L'enquête conduira à l'arrestation du chef et d'autres membres du groupe le 6 mai 1989 à Mexico.

Dans le cas de Costanzo on a à faire à un authentique gourou manipulateur et serial-killer, mais des cas de sacrifices humains et d'anthropophagie dans les cartels mexicains ont plusieurs fois été documentés. Plus que des rites sectaires, il s'agit d'épreuve initiatiques pour "prouver" sa "valeur" et entrer dans le cartel. Il s'agit aussi de faire peur aux gangs concurrents en ne mettant aucune limite à la violence et aux exactions. Le cartel Jalisco Nouvelle Génération, considéré comme le plus dangereux du Mexique et s’est imposé comme l’un des plus grands réseaux de trafic de drogue du Monde.  Il fait toujours parler de lui parler par sa brutalité, notamment face aux autorités mexicaines contre qui ils n’ont aucunes limites. En 2022, on aperçoit sur une vidéo un sicario du cartel dévorant le coeur de sa victime. Les nouvelles recrues du réseau auraient l’obligation de se soumettre au cannibalisme dans un schéma bien précis. Ils doivent manger le cadavre de leur ennemi, en débutant par les doigts amputés. Source.  Voir aussi dans le journal Le Figaro, article de Matthias Raynal, en 2015, sur des faits identiques attribués au Chevaliers du temple dans l'état du Michoacan.

La page Wikipédia sur Adolfo Costanzo.
Voir aussi un article en anglais dans The Sun de juin 2022.
Un article d'Emmanuelle Steels dans Libération en juillet 2022, sur un documentaire au ton contesté.

Scientifiques historiens, juristes pénalistes et criminologues ont souvent rapproché ces fait de cannibalisme contemporains avec le cannibalisme rituel pratiqué par les mayas et les aztèques. Il y a toutefois débat sur l'ampleur du phénomène et sa signification profonde. 

L'histoire criminelle du Mexique est régulièrement marquée par l'arrestation de personnes s'étant livré à l’anthropophagie, comme par exemple en 1960, la secte cannibale de Magdalena Solis qui défraie la chronique, ou José Luis Calva Zepeda en 2007. On peut y rattacher le film de Jorge Michel Grau, Somos lo que hay (Ne nous jugez pas) sorti en 2010 sur une famille anthropophage à Mexico Ciudad.

Et n'oublions pas qu'Hannibal Lecter, le psychiatre anthropophage des romans de Thomas Harris  a été en partie inspiré par le chirurgien mexicain Alfredo Ballí Treviño. Ce médecin a été condamné en 1950 pour l'assassinat de amant. Thomas Harris aurait rencontré Ballí Treviño pendant son incarcération dans l'état de Nuevo León (Mexique). Voir l'article de Paloma González sur GQMagazine.

PhH

 

Repas anthropophage après un sacrifice humain chez les Aztèques
(codex Magliabechiano, recto du folio 73).

L'auteur
Gilbert Gallerne est romancier, scénariste, ayant exploré le polar, le thriller, l'horreur, le fantastique et la science-fiction, il a été lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2010 pour Au pays des ombres et le Prix du roman noir 2019 des bibliothèques et des médiathèques de Grand Cognac pour Mauvaise main. Dans la collection Crime story, il a également publié un documentaire sur Edward Theodore Gein Bolivar, dit Ed Gein, tueur et voleur de cadavres. Traducteur, il a traduit notamment Danse avec les loups de Michael Blake, Les enfants du rasoir de Joe R. Lansdale et Basic instinct de Richard Osborne.
Voir le site de l'auteur

Ce tragique fait divers est repris dans le livre de Barry Gifford, Perdita Durangoquand Roméo, avec l'aide de Perdita, kidnappe un couple de jeunes Américains à la frontière mexicaine, dans le but d'organiser un sacrifice humain.

A la fin de Sailor et Lula, la mystérieuse et dangereuse Perdita Durango prenait la fuite en laissant son amant, Bobby Perou, mort devant le magasin d'aliments pour animaux qu'il venait de "braquer" en compagnie de Sailor. Nous la retrouvons à la Nouvelle-Orléans, où elle a fait la connaissance de Roméo Dolorosa, un pilleur de banques, originaire de l'île de Caribe et adepte de "Santeria", une version latino du culte vaudou. Pour faire croire à ses pouvoirs surnaturels, Roméo, avec l'aide de Perdita, kidnappe un couple de jeunes Américains à la frontière mexicaine, dans le but d'organiser un sacrifice humain. Parallèlement, Marcello "zyeux fous" Santos le charge de convoyer un camion de placentas humains destinés à l'industrie cosmétique jusqu'à Los Angeles.
La cavale de Roméo et Perdita, unis par le goût de la mort et du mal, fait écho, en beaucoup plus noir, à celle de Sailor et Lula.
édition Rivages, 1992,  2e livre de la série Sailor et Lula

 

16 janvier 2024

L'Effroyable Secret D'Abraham Lincoln

Gérard Dôle
éditions Terre de Brume, 06-2017

 

Présentation de l'éditeur

Le livre que vous tenez en main revisite un genre oublié : le roman populaire qui fit flores au XIXe siècle avec Eugène Sue ou Fenimore Cooper. Il est parsemé, comme il se doit, de grands moments d’aventure dans des terres lointaines, de fantastique, voire d’horreur, pour nous conter les tribulations au Mexique du soldat confédéré Charles Hopkins, à l’issue de la guerre de Sécession, en avril 1865.
Charles est né au Texas, le 22 avril 1837, un an jour pour jour après la victoire de San Jacinto où Sam Houston défit les troupes du général Santa Anna, le boucher de Fort Alamo. Il nous raconte sa participation à l’expédition française au Mexique dans le cadre de la contre-guérilla du colonel Dupin. Puis il poursuit son récit en ne nous cachant rien de ses aventures hoffmannesques — car comment se fait-il que Davy Crockett et Jim Bowie soient encore de ce monde ?… Que verte soit la couleur du sang qui coule dans les veine de l’armée de Juarez assiégeant Camerone ?…Que l’assassin (présumé ?) d’Abraham Lincoln ait escamoté le cadavre du grand homme et l’ait enseveli les profondeurs d’une pyramide aztèque ?
Charles, enfin, nous révèle en quelles circonstances il a mis la main (ce n’est pas peu dire) sur le trésor de Maximilien de Habsbourg que Napoléon III avait hissé sur le trône avant de l’abandonner à son destin tragique.
Mais place aux aventures de notre héros dans ce beau pays malheureusement meurtri par des luttes incessantes et des exactions sans nombre.

La fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
ISBN : 9782843626364
Nombre de pages : 224 pages
Prix éditeur : 18,50



13 janvier 2024

Effroyables remèdes

Les Mystères de sœur Juana 3
Oscar de Muriel
traduit de l'espagnol (Mexique) par Vanessa Canavesi
Les Presses de la Cité, 01-2024

Présentation éditeur

 

Don Antonio de Horcasitas, noble espagnol à la moralité douteuse, est retrouvé mort au palais. Empoisonné, à l’évi­dence. Tout porte à croire que la coupable est Alina, la jeune protégée de sœur Juana. Après tout, cette novice passionnée de botanique ne manipule-t-elle pas, telle une sorcière, mixtures et herbes anciennes dans le jardin du couvent ? Mais ce qui soigne est parfois ce qui tue, et à vouloir s’immiscer dans le secret divin, on court à sa perte.
Les religieuses de San Jerónimo se retrouvent une nouvelle fois dans la tourmente, prises dans un écheveau plus inextricable que jamais. Car, dans l’ombre, l’Inquisition veut la peau de sœur Juana. Que la poétesse vive cloîtrée ne suffit plus, il faut maintenant la museler… Et, avec elle, toutes les voix féminines de son temps. 


Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
EAN : 9782258205895
Nombre de pages : 368
Prix : 16,90€

Oscar de Muriel est né à Mexico. Diplômé de chimie, violoniste, traducteur et écrivain, il vit aujourd’hui entre le Mexique et le nord de l’Angleterre.  Après Mort au couvent, Sang d'encre est le deuxième volume de sa série de polars historiques, exotiques et mystiques, « Les Mystères de sœur Juana ».

Voir le site de l'auteur (en espagnol)

Los antiguos venenos

Muerte en San Jerónimo - 3
editorial Montena

Hay tantísimas piezas, todas desencajadas más andan entre sombras, bien amortajadas, sus rastros perfumados, sus huellas pisoteadas, y voces que susurran verdades ultrajadas. Don Antonio de Horcasitas, noble español de moral dudosa, muere envenenado en el palacio de los virreyes, tras comprar medicinas preparadas en el convento de San Jerónimo. Alina, joven protegida de sor Juana Inés de la Cruz y ávida científica, fue quien destiló esos remedios, y de inmediato recaen sobre ella las sospechosas de asesinat y brujería. A.Su fiel doncella Matea, así como sor Juana y don Carlos Sigüenza y Góngora, deberán unir fuerzas para ayudarla a probar su inocencia, antes de que el caso llegue a oídos del tan temido arzobispo Aguiar.


6 janvier 2024

Le Cinquième Soleil

Camilla Townsend
traduit de l'anglais par Sylvie Taussig
éditions Albin Michel, 01-2024

Présentation de l'éditeur


L’Histoire, on le sait, est toujours écrite par les vainqueurs. C’est le cas notamment de la conquête de l’empire aztèque, entreprise en 1519 par Hernán Cortés, et racontée à de multiples reprises mais toujours du point de vue des Espagnols. Or les autochtones, initiés à l’alphabet romain par les missionnaires, ont eux aussi consigné leur histoire dans leur propre langue, le nahuatl.
C’est en s’appuyant sur ces sources, jusqu’alors peu exploitées, que Camilla Townsend met un terme à la légende dorée des conquistadors et au stéréotype des sauvages assoiffés de sang. À partir de leurs écrits, elle retrace l’incroyable histoire des Aztèques du XIIIe au XVIIe siècle. Cette civilisation fascinante a été à l’origine d’une cité fabuleuse et sans équivalent à l’époque, Tenochtitlan, qui deviendra plus tard Mexico. Contrairement à ce que l’on a longtemps considéré, elle a su s’adapter et développer des technologies nouvelles pour survivre à l’invasion espagnole.

Voir la fiche du livre sur le site de l'éditeur

Informations :
EAN : 9782226460295
Nombre de pages : 416
Prix : 26,90 €


Camilla Townsend, diplômée de Bryn Mawr College et de Rutgers University où elle enseigne aujourd’hui l’histoire, est spécialiste de l’Amérique précolombienne et du nahuatl. Le Cinquième Soleil a été récompensé en 2020 par le prestigieux Cundhill History Prize.


« Le Cinquième Soleil », de Camilla Townsend : les Aztèques par eux-mêmes
Des chroniques aztèques méconnues permettent de reconstituer leur version de l’histoire. Ce que fait l’historienne américaine dans un éclairant essai. Un article de François Otchakovsky-Laurens à lire sur Le Monde (abonnés).